1

mae.gif MAE ou Ministère des Affres Etranges!? 

                                                                                                         15 Mars 2011 

« Pute de la république » sous le régime déchu, à force d’être traitée comme offrande récompensant les obscurs sbires de Ben Ali et les ténébreux icônes du tristement célèbre RCD, la diplomatie tunisienne ne semble encore en droit de goûter aux fruits de la révolution ou de rompre cette image de butin à partager entre les 40 voleurs de Ben Ali Baba. 

Même après la révolution, quelques maquereaux de politique continuent de contraindre la diplomatie tunisienne à racoler sur les trottoirs de la représentativité et à se prostituer pour assouvir les fantasmes gouvernementaux et les appétits de revanche d’une brochette d’ex « têtes brûlées » en manque d’orgasme politique. 


De quelle logique procède la désignation de M. Khemais Chammari à la délégation tunisienne auprès de l’UNESCO? Avant de livrer mon modeste avis, je m’empresse de préciser que je n’ai rien contre l’homme, loin s’en faut, ni contre le farouche opposant qu’il a été à une période où la majorité rasait les murs. Mon propos est tout autre. J’estime qu’il s’agit de la même logique longtemps préconisée par les idéologues du 7 Novembre, à savoir, la récompense pour services rendus!
Donc, on n’est pas encore sorti de l’auberge car on continue à considérer la diplomatie tunisienne comme une maison close au service du libido des nouveaux hommes du sérail , les militants pour les Droits de l’Homme, en reconnaissance de leur douloureux passé. Au moins qu’on établisse des critères selon lesquels on accorde le poste selon le nombre d’années d’emprisonnement et le niveau de torture subie. Ainsi, le MAE serait le Ministère des Anciens Emprisonnés. 
Les pressentis à la fonction diplomatique que la rumeur fait bousculer aux portillons embrassent le même acabit, un retour sur investissement militant, une part du gâteau et surtout toute la cerise!
Rien qu’un message Brouillé et lourd de paradoxe dans un timing absolument intempestif et non moins grossier: D’une part, on rappelle les chefs de poste diplomatiques et consulaires tunisiens, désignés ex-vitro, et d’autre part, et au même moment, le premier qu’on bombarde chef de poste est tout aussi étranger au MAE. Béji la science a prouvé qu’il n’a pas encore ôté ses habits de dinosaure, tonton flingueur a perdu et la main et la cible et l’arme, au grand dam des orphelins dont regorge le MAE.