rachedghannouchii.jpghammahammamiii1.jpgFrères ennemis ou alliance objective !  

                                                                                                                                19 Mars 2011 Suite à l’interview de Hamma Hammami dans laquelle il affirme que le POCT et Ennahdha ont coordonné au préalable leurs positions. 

Quand les extrêmes se croisent et s’accordent, les relents de l’imposture imprègnent le bocage ! 

Quand Hamma Hammami et Rached Ghannouchi trinquent ensemble sur l’autel ou sur le dos de la révolution tunisienne, lèvent le verre de l’alliance et pactisent (j’allais dire poctisent) le vin rouge  à l’eau Zemzem, de louches effluves bruissent et brouillent l’entendement, un vrai Cocktail Molotov, notamment quand le dégustateur en chef, Abdessalem Jrad, s’invite à la table, sa lance roquettes d’amuse-gueules en bandoulière ! 

Voir l’adepte des livres rouges et le partisan des livres jaunes, que la haute idéologie sépare mais la basse politique joint, se constituer en tandem, un insolite et non moins détonnant duo é »sang et or », je dis voilà un autre miracle de la révolution tunisienne. 

On a évincé le bâtard ZABA par la peau des fesses, ce n’est certainement pas pour admirer la croupe de cet enfant impie, fruit d’un concubinage contre nature entre les camarades et les frères. Une façon insondable pour concilier le Capital au Coran et de placer la Faucille et le marteau entre le Croissant et l’Etoile, allez savoir ! Staline et Khomeiny en flagrant délit d’amour. Un mariage de raison, sans fiançailles ni pièce montée,  que le bon sens récuse et dont les convives, disciples et adversaires, ne saisissent point sur le dos de qui la dot est offerte ! Charcuterie politique indigeste dont on veut nous servir en guise de plat de résistance, sans entrée ni dessert ! 

Je ne veux pas, loin s’en faut, ôter un iota au militantisme des deux gaillards face à la dictature déchue, même si j’estime que le fait de s’opposer au régime est beaucoup moins gratifiant quand on a les fesses calées dans les salons londoniens que quand on est à l’intérieur du pays, traqué et bravant les incertitudes de la clandestinité. Cependant, quand j’entends Rached Ghannouchi pérorer sur la démocratie et Hamma Hammami discourir sur la laïcité, je sors mon revolver, juste pour paraphraser Goebbels, tsar de la propagande devant l’Eternel.  « Que faire ? » disait Lenine, je réponds seulement par un Hadith « Si tu n’as pas honte, fais tout ce que tu veux », et Vlan sur les deux frères ennemis !